19 juin 2008

Le jugement

Quand il mit un pied dans la salle, il se rendit compte qu’elle était bondée.

Tout le village, lui souriait d’un seul sourire mi-compatissant mi-sadique.

Il avançait entre les deux rangées de bancs et s’arrêta devant une chaise.

Pas de place pour un jury populaire ?

Dans le pays de la révolution et de la démocratie ? Même ses royalistes de compatriotes traitaient mieux les suspects !

Pour finir ce décor accueillant, une grande croix rouge était peinte sur le sol.

Ce genre de détails aurait certainement pu le convaincre de suivre le moine et sa sorcière.

Tout à coup la cloche de l’église voisine sonna.

Toutes les personnes présentes dans la salle se levèrent.

Le prévôt lui dit « à ta place, je me mettrai à genoux »

« Euh j’ai le choix ? »

« T’as toujours eu le choix, mais depuis que tu es dans cette ville, tu n’as jamais fait les bons ! »

Il resta debout.

La porte qui se trouvait derrière la croix s’ouvrit d’un seul coup. Un prêtre au crâne rasé et aux yeux cernés entra dans la pièce en hurlant : « Dieu connaît ses enfants, il sait les pardonner. Mais il sait aussi punir ceux qui le méritent. »

« Regarder ce suppôt du mal, regardez-le, il ne se repend même pas de ses fautes, il me regarde debout comme s’il était votre égal ».

La salle hurla et couvrit les protestations de Patrick que de toute façon le Prévôt lui ordonna d’interrompre en lui appliquant une arme entre les omoplates.

 

« Tu ne me reçois pas comme le pécheur qui veut laver ses fautes, alors tu seras traité comme ceux qui croyait que le seigneur mentait ………attachez le !! »

Il commença à se débattre mais il reçut un coup juste à l’endroit de sa blessure.

Il s’évanouit de nouveau.

Posté par Conteur à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le jugement

Nouveau commentaire